Opération lunettes pour tous

lunettes envoyées
à l'association Sharana :

016371 Découvrez notre partenariat solidaire >

Essai à domicile : 0 article(s)

Sélectionnez jusqu'à 5 lunettes de vue que vous recevrez chez vous afin de les essayer

Comprendre ma correction

                                                                                                                 

1. Les amétropies

Myopie :

La myopie est souvent due à un œil trop long. Une personne myope verra bien au près mais sa vision sera floue au-delà d’une certaine distance variable en fonction de sa correction. (1m pour un myope de -1, 33cm pour un myope de -3).

La myopie se compense grâce à des verres concaves, qui seront minces au centre et plus épais au bord.

Hpermétropie :

L’hypermétropie, à l’inverse de la myopie, est souvent due à un œil trop court. Un hypermétrope ne voit pas forcément flou, mais réalise un effort constant pour maintenir la vision nette, principalement au près. Cela provoque souvent fatigue oculaire et maux de tête. Les petites hypermétropies se compensent facilement lorsqu’on est jeune, mais lorsque la capacité d’accommodation se réduit avec l’âge le besoin de compensation se fait sentir.

L'hypermétropie se compense grâce à des verres convexes, qui seront épais au centre et plus minces au bord.

 

oeil myope et oeil hypermétrope

verre myope et oeil hypermétrope

Astigmatisme :

L’astigmatisme est souvent lié à la forme de la cornée qui n’est pas sphérique (ballon de football) mais torique (ballon de rugby). L’image d’un point dans la réalité sera alors une tache imprécise sur la rétine.

Modéré, l’astigmatisme non compensé provoque une vision « baveuse », rien n’étant bien net au loin comme au près. Les forts astigmatismes donnent une vision étirée dans une direction correspondant à l’axe de l’astigmatisme, il devient alors très difficile de déchiffrer un texte.

Presbytie :

Il s’agit d’une dégénérescence du cristallin liée a l’âge, qui touche tout le monde. Ses effets peuvent apparaitre à partir de 45 ans. La perte progressive de l’élasticité du cristallin réduit les capacités d’accommodation de l’œil, ce qui empêche de faire correctement la « mise au point » sur ce que l’on regarde au près. On ressent alors le besoin d’éloigner ce qu’on lit pour retrouver la netteté.

La presbytie est compensée grâce à une addition, correction positive que l’on « additionne » à la VL. Une personne ne portant pas de lunettes au loin se verra au début prescrire une paire de lunettes de vision de près simple, tandis que les personnes déjà équipées pour la VL se verront proposer des verres progressifs

 

2. Votre ordonnance

Pour analyser son ordonnance, il convient avant tout de distinguer deux termes que l’on confond parfois :

  • Acuité visuelle : Capacité de l’œil à distinguer les détails à une distance donnée. 10/10 correspond à une acuité normale, mais on peut avoir une acuité superieure (12/10, 16/10) le plus souvent chez les sujets jeunes.
  • Correction (ou réfraction) : Puissance du verre nécessaire prescrite par l’ophtalmologue pour obtenir une acuité visuelle optimale (à priori 10/10 sauf cas de limitation liée à l’œil lui-même, suite à un accident par exemple).

Les deux yeux n’ont pas forcément les mêmes besoins, il est donc normal de trouver des corrections différentes sur l’ordonnance.

La vision de loin sera prescrite sous la forme :

                                   +/- SPHERE (+CYL)AXE°

Si cette formule est précédée d’un signe -, il s’agit d’une correction à tendance myopique, si elle est précédée d’un +, la correction est de type hypermétropique.

La valeur de la SPHERE s’exprime en dioptries et mesure la puissance du verre qui est nécessaire pour corriger l’œil.

On peut trouver  une notation entre parenthèses. C’est le CYLindre qui donne la valeur de votre astigmatisme. Celui-ci suit un AXE qui s’exprime en degrés °.

 

La prescription d’une simple vision de près sera notée de la même manière, avec la mention « VP » ou « vision de près ».

Dans le cas d’une ordonnance pour des verres multifocaux (progressifs ou bifocaux) l’ophtalmologue notera le plus souvent la correction sous la forme :

                                   +/- SPHERE (+CYL)AXE°                     ADD : +(valeur)

On retrouve la VL sous sa forme habituelle, avec en plus une valeur d’ADDition (aussi notée D), toujours positive, qui correspond a la valeur à ajouter à la VL pour obtenir la VP, permettant de lire à environ 35cm. La valeur minimale de l’addition sera de +0.75, la maximale de +3.00. Dans certains cas particuliers, on pourra aller jusqu’à +4.00, mais cela reste très rare.

 

Note :

Il est possible que vous remarquiez une différence de notation entre l’ordonnance de l’ophtalmologue et le dossier de l’opticien.

Sur l’ordonnance l’astigmatisme peut être noté avec un signe -, alors que l’opticien commandera des verres en cylindre +. Ceci a pour conséquence de modifier l’axe de l’astigmatisme de 90°. Un calcul simple permet de passer d’une notation à l’autre.

Exemple :              +0.25(-1.50)90°                =               -1.25(+1.50)180°

Méthode : on additionne SPHERE + (CYL-) ce qui donne la nouvelle SPHERE. On garde le même Cylindre en lui accolant le signe + et enfin on modifie l’axe de 90° (en restant entre 0 et 180°).